Chapitre Vin -  Club Vinifera

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé - A consommer avec modération


9ème saison Soirée du 12 Mai 2016




Château Coucheroy Blanc, 2011  12€


André Lurton – Pessac Léognan

Cépages : Sauvignon blanc 100%

OEil : Pâle reflets verts, limpide

Nez : Frais. Floral très intense

Bouche : Vive. Belle acidité. Minéral

Citron, pêche jaune. Fruits exotiques

Sol : Graveleux, galets

Exposition : Vignes :

Fermentation :

Cuves thermorégulées, inox

Élevage : Sur lies

Récompenses :

2014, Médaille d’argent

Los Angeles

Accords : Fin et fruité,

Crustacés, feuilletés chauds

Homard, fruits de mer

Blanquette de veau

Poissons grillés

Consommation : avant 2016


Les Vieux Millesimes Bordelais

Les conseils de Luc LANDRY

1. Le service du vin

Les risques de ruiner un vin sont minimes, même si, plus le vin est vieux, plus il est fragile.

Les vieux vins présentent souvent un dépôt, c’est normal. Il provient des tanins et de la couleur du vin.

Il ne faut pas nécessairement décanter un vieux vin. Il faut d’abord le goûter. S’il est dépourvu de matière, il ne faut pas le décanter.

Un vieux vin supporte moins bien les saveurs fortes qu’un vin jeune. Il lui faut des mets simples et sobres.

2. Quels vins vieillissent bien ?

- Pas de généralités mais, la liste suivante aide :

Une bonne acidité

Des tanins

Des raisins sains et mûrs

De la matière

Les rouges ont besoin de tanins et d’acidité

Les liquoreux sont parmi ceux qui se gardent le plus longtemps.

3. L’Évolution du vin en bouteille

Dans les vins jeunes, les arômes primaires dominent : les fruits par exemple. Avec l’âge, les fruits frais deviennent oxydés, puis secs. Tandis que les arômes du vin jeune disparaissent, d’autres apparaissent. On parle d’évolution. On trouve des arômes de sous-bois, de champignons, de terre, de cuir, de miel, de noix. On a ici ce qu’on appelle des arômes tertiaires.

Et les secondaires : ce sont ceux de la fermentation, de l’élevage.

Attention, le vin qui vieillit et qui conserve son fruit est un élément très positif.


Dégusté avec des toast au saumon fumé et entrée au chêvre chaud

Dégusté avec l’entrée au chêvre chaud

L’Abeille de Fieuzal 1998, 28€

Cépages : 65% Sémillon, 30% Sauvignon Blanc et 5% Muscadelle.

OEil : Reflets brillants vifs Or

Nez : Concentré Melon, menthe, miel = Sémillon

Bouche : Complexe - Belle structure - Ronde - Puissant

12,5%

Servir : 16-18°

Accords : Caviar d’Aquitaine, Noix de Saint Jacques,

Lamproie au Sauternes

Commentaires : À boire dès maintenant


Château Tour Léognan, 2001, 26€


Second vin de Château Carbonnieu, Grand Cru Classé

Très ancien cru de Léognan, Grande maison.

Cépage : Cabernet Sauvignon 60%

Merlot 40%

OEil : Rubis , limpide

Nez : notes de « fumé », boisé et vanille

Bouche : aussi des notes de « fumé », de boisé et de vanille

Puissant, caractère Long

12,5%

Commentaires : À consommer maintenant

Vinification : 40% de fûts neufs


Château Larivet

Haut-Brion, 45€


En 1987, la famille Gervoson, propriétaire de la société agro-alimentaire "Andros", rachète la propriété qui sera, avec les conseils de Michel Rolland, entièrement rénovée et agrandie, retrouvant ainsi son unité et lustre d’antan. Bruno Lemoine,

oenologue et ancien de Montrose, prend la direction opérationnelle en 2007

Propriété à proximité de Montrose.

Cépages : Merlot 60% Cabernet Sauvignon 40%

OEil : Rubis dense

Nez : Fruits murs, cerise, cassis, Aussi, fumé, moka, café

Bouche : Concentré Puissant, persistant

Tanins doux, délicats, soyeux

Consommation : Avant 2018

Accords : Bœuf, Tournedos braisé, pommes de terres sautées


Château Le Boscq 2001, 21€


Premier Vin du Château Le Boscq, ancien Cru Bourgeois de St-Estèphe des vignobles

Dourthe

Sol : Graves garonnaises bien drainantes, favorisant la maturation du raisin

Cépages : Merlot : 60%

Cabernet-Sauvignon : 35%

Petit verdot : 5%

Dégustation : Un Saint estèphe : puissance, finesse

Oeil : Brillant, pourpre

Nez  : Fruits rouges et noirs bien mûrs

Bois Tabac

Bouche : Structurée Acidité

Tannins bien présents

Onctuosité (merlot)

Accords : Boeuf, en sauce ou pas…


Dégustés avec une entrecôte sauce bordelaise

La Roseraie Gruaud-Larose 1998, 40€


Second vin de Château Gruaud Larose

Second Cru Classé en 1855.

Cépages : Cabernet Sauvignon 57% Merlot : 31%

Cabernet Franc 7,5%

Petit Verdot : 3%

Malbec : 1,5%

Vignes 40 ans et plus

Sol : Graves, sous-sol argilo-graveleux profond

Vendanges : Plusieurs passages (6), afin de laisser le Botrytis Cinerea faire son

oeuvre. On obtient un raisin doré, « rôti ».

Vinification : pressurage lent

Élevage : Barriques de chêne français 26 mois

OEil : Ambré

Nez : Belle complexité aromatique

Bouche : Équilibre sucre / fraîcheur

Notes : L’année 1998, procure une excellente richesse des raisins très tôt.


Dégustés avec le fromage un « Ossau-Iraty »

Dégustés avec le dessert :

Poire au vin avec boule de glace à la canelle

SAUTERNE

Château Bastor-Lamontagne 1990

Jusqu’en 1710, Bastor-Lamontagne était la propriété du roi de France, avant son achat par le sieur Vincent de la Montaigne à qui le domaine doit son nom. Mais c'est Amédée Larrieu qui développe son activité vinicole. Il avait refusé de concourir pour le classement de 1855, ce qui explique le non-classement du château. Il est vrai que le classement de Haut-Brion suffisait à son bonheur.



Situé à Preignac sur l'une des cinq communes de l'appellation Sauternes, le terroir est, selon les parcelles, composé de graves et de sables ou de graves et d'argiles sur socle calcaire pour l'essentiel (52 ha sur 56), et d'un seul tenant.

Appartenant au Crédit foncier de France depuis 1936, le vignoble est taillé court pour favoriser l'émergence du botrytis. 80% de Sémillon, 17% de Sauvignon et 3% de Muscadelle composent l'encépagement, les vignes ayant un âge moyen de 37 ans.


Le château Bastor Lamontagne produit un vin liquoreux de grande classe, particulièrement riche et fruité. Développant des arômes exquis d'agrumes et de miel, il possède une capacité de vieillissement importante.

Espace

Adhérent

Espace Adhérent